Publié le 21/01/2019 à 15:00 / Talluto Franck

Enseignement

Fini « Lycée agricole de Précieux », place à « Campus Agronova »
Le nouveau nom du lycée agricole de Précieux – Saint-Genest-Malifaux, et la nouvelle identité qui va avec, a officiellement été présenté la semaine dernière. Fini « le Lycée de Précieux », il faut désormais se familiariser avec Campus Agronova.

Désormais, le Lycée agricole de Précieux – Saint-Genest-Malifaux s'appelle Campus Agronovia. A chacun de s'approprier ce nouveau nom, à commencer par la direction, le conseil d'administration, les élus du territoire.

L'aventure collective a commencé il y a plus de six mois et s'est officiellement concrétisée mardi 15 janvier avec la présentation du nouveau nom du Lycée agricole de Précieux – Saint-Genest-Malifaux. « En tant que proviseur, j'étais dans l'incapacité de nommer l'établissement », avouait David Jouve. Ce fut le point de départ de la démarche pour faire évoluer le nom de l'établissement, dans l'objectif d'être lisible. « Le nom doit permettre au jeune de connaitre le lycée sur le territoire. » Et le nom doit ressembler à l'établissement et correspondre à ce qu'il propose. Ainsi, avec l'aide d'une agence spécialisée, un groupe s'est constitué pour réfléchir à la nouvelle identité du lycée : enseignants, formateurs, agriculteurs, anciens élèves, parents d'élèves... Volontairement, la direction de l'établissement n'a pas été intégrée à la réflexion. Les étapes clés de la démarche ont été : définir le positionnement, créer des noms sans retenue, trier et vérifier (disponibilité juridique pour pouvoir déposer la marque), valider.


Finalement, c'est le nom Campus Agronova Agro Méca Vente qui a été choisi. David Jouve a explicité ces termes. Tout d'abord, le mot de Campus est venu « naturellement ». « Les deux sites sont organisés dans l'espace comme un campus. De plus, le ministère de l'Education utilise le terme de campus » depuis quelques mois pour regrouper les établissements par secteur d'activité (Campus des métiers et des qualifications). « Notre structure répond à cette dénomination. » Derrière campus, on retrouve également les idées « d'espaces de vie », « de lieu vivant avec les activités culturelles et sportives », « de liens forts avec la profession ».

 

Ensuite, le terme d'« Agro » a été choisi, plutôt que « Agri », trop restrictif vis-à-vis des formations dispensées. « En fait, tous les apprenants font de l'agro : agroécologie, agrofourniture, agroalimentaire, agroéquipement... » Quant au terme « Nova », il fait allusion à l'innovation. « Nous sommes un établissement qui a la culture de l'innovation. Un atelier de transformation a été créé alors que ce n'était pas encore dans l'air du temps, l'exploitation de Saint-Genest est passé en bio il y a longtemps, nous réfléchissons à la production d'énergie sur l'exploitation... » Sans oublier « l'innovation pédagogique », par exemple avec les serious game. A « Campus Agronova » ont été adjoints les termes « Agro-Méca-Vente » qui rappellent les trois métiers de base de l'établissement.

Derrière un nom, des valeurs et des projets

Ouverture, modernité, rigueur sont des valeurs de l'établissement. Elles se retrouvent dans la forme du logo. Une police arrondie avec des lettres ouvertes a été choisie pour le terme Agronova, mettant en évidence le futur et l'ouverture. Le bleu soutenu apporte un côté aérien. Une police plus droite et le noir pour Campus introduisent l'esprit de rigueur. Le grand « A » vient équilibrer l'ensemble. Le tout est accompagné d'un pictogramme comprenant le signe « start » des outils informatiques et une feuille faisant le lien avec le vivant et la terre, renforcé par la couleur vert. A partir du nom, a été décliné un visuel pour la communication sur divers supports, un visuel qui se veut être décalé pour retenir l'attention : un fauteuil posé au milieu d'un pré pour faire le lien à l'agriculture, une jeune fille assise dans ce fauteuil pour mettre en évidence la féminisation des métiers préparés, avec une tablette dans la main pour faire le lien avec la technologie.

 

Derrière ce changement vit également un projet d'établissement. « Nous avons l'ambition de former les jeunes sur des installations techniques performantes, de travailler sur la relation campus-entreprises, d'avoir un cadre amélioré pour que les apprenants se sentent valorisés, de répondre aux attentes des professionnels avec lesquels nous évoluons et qui demandent des jeunes formés à l'intelligence collaborative, ... Cette démarche collective doit nous permettre de nous projeter demain », assurait David Jouve.

Préparer l'avenir

Chantal Brosse, vice-présidente du Conseil départemental en charge de l'agriculture et vice-présidente du conseil d'administration de Campus Agronova, adhère à cette idée d'avenir : « La Loire a une agriculture diversifiée et compte beaucoup d'entreprises agroalimentaires. Ces branches sont porteuses d'emplois. Donnons l'envie aux jeunes de faire des études dans ce domaine. Ce nouveau nom modernise l'image de l'agriculture, qui innove, s'adapte et a besoin de jeunes investis. Formons les jeunes et gardons-les dans ces métiers. Je crois en une agriculture forte, diversifiée, avec des jeunes compétents et bien formés. »


Jacques Blanchet, conseiller régional et président du conseil d'administration de Campus Agronova, se projetait lui aussi dans l'avenir. « Un changement de nom est un temps fort pour une institution. Nous allons devoir écrire ensemble la suite de l'histoire. Campus Agronova s'inscrit dans l'avenir. Le rôle de la Région est de développer la formation. » D'ajouter : « Ici, nous préparons l'avenir. Nous avons un devoir de co-construction au service de la profession et des élèves».


« Un nouveau nom préfigure d'un changement, convenait Marc Chille, chef du service régional Formation et Développement de la Draaf. Je sais que le lycée est dans cet état d'esprit. Mais ce n'est pas aussi simple que ça de changer de nom. Ce nouveau nom ne va pas s'installer naturellement. Il faudra du temps. » Le lancement officiel du nouveau nom s'est terminé par une note plus légère avec une intervention de deux professeurs de l'établissement jouant sur les mots et faisant intervenir des apprenants autour des termes « changement » et « Campus Agronova ». La parole a également été laissée à Roland Romeyer, président du directoire de l'AS Saint-Etienne, qui est revenu sur « le partenariat gagnant-gagnant » des stages de foot de l'ASSE qui se déroulent depuis 1994 à Précieux, sur le site du lycée.

Lucie Grolleau Frécon

 

Campus Agronova, d'hier à aujourd'hui

C'est en faisant allusion à l'expression « Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient » que David Jouve, proviseur du Campus Agronova, a retracé brièvement l'histoire de l'établissement : création des premières écoles d'agriculture en France au milieu du XIXe siècle ; organisation de l'enseignement agricole grâce à une loi à la fin de la Première guerre mondiale ; en 1940, création de l'école d'agriculture fixe d'hiver au collège moderne de Montbrison ; en 1944, réorganisation et modernisation de l'agriculture après la libération de la Loire et ouverture, par le Conseil départemental, du collège départemental d'agriculture à Précieux, sur une propriété qui est un legs de Geoffroy Guichard (la première promotion compte 42 jeunes, enfants d'agriculteurs) ; en 1960, avec la loi de modernisation de l'enseignement agricole, les établissements agricoles deviennent des lycées et collèges agricoles, sur le même principe que les établissements de l'éducation nationale ; en 1990, le centre de formation de Saint-Genest-Malifaux est rattaché à celui de Précieux.

L'établissement, qui a évolué au fil des décennies, dispense aujourd'hui des enseignements autour de quatre métiers : l'agriculture, l'agroéquipement, le commerce et la distribution, l'alimentation. Campus Agronova, ce sont : deux sites dans la Loire ; 300 élèves, 300 apprentis ; des classes allant de la 3e prépa pro agri à après le Bac avec les BTS, les licences professionnelles et un certificat de spécialisation ; 75 enseignants formateurs ; un lieu de vie agréable ; deux exploitations, un plateau technique en mécanique, une animalerie, un atelier de transformation fermière ; un ancrage territorial fort en Forez et dans le Pilat. Les profils des apprenants ont changé : 25 % seulement sont issus du monde agricole. Ils viennent principalement de la Loire pour les formations jusqu'au Bac, et de la région et en dehors pour les formations après le Bac.

 

Mots clés : LYCÉE AGRICOLE PRÉCIEUX SAINT-GENEST-MALIFAUX DAVID JOUVE CAMPUS AGRONOVA CHANGEMENT DE NOM